30 000 fans célèbrent le champion du monde à «Vettelheim»

Il a laissé brièvement fumer les pneus et s’emballer le moteur 750-PS – il était lui-même très surpris.  Sebastian Vettel a été accueilli samedi (22/10/2011) par plus de 30 000 fans enthousiastes dans sa ville natale Heppenheim. « C’est incroyable » a dit le jeune double champion du monde de Formule 1. Il ne parvenait pas à croire « que vous soyez tous là pour moi ». L’heureux Vettel a aussi reçu en cadeau un maillot avec le numéro1 de son club de football préféré « Eintracht Francfort ».
 
 
Samedi à 16h47, la place de l’Europe d’Heppenheim était bruyante. « Dans la direction nord, il se passe quelque chose » dit le présentateur Felix Görner. Les têtes des 30 000 spectateurs sont tournées dans la direction du rond-point, des milliers de caméras et de portable sont tendus vers le ciel. Et il arrive enfin: le double champion du monde de Formule 1 Sebastian Vettel prend le dernier virage dans son bolide de course « Kinky Kylie ».
 
L’euphorie était à son comble. Certes, on pouvait deviner quel accueil serait réservé au grand champion du monde dans sa ville natale – avant l’arrivée de Vettel, Xavier Naidoo, le chanteur du groupe « Söhne Mannheims », ainsi que le duo de présentateurs Görner et Joko Winterscheidt ont veillé à ce que le public ne s’ennuie pas –, les fans de voitures de course ne voulaient en voir qu’un : leur « Seb ». Ses fans n’ont pas été déçus. Il a fait tourner sa voiture en « donut » d’abord dans la rue « Lorscher Straße » puis juste devant la scène. Le public ne voyait plus rien. Les pneus de la Renault sponsorisée par Red Bull, dégageaient une fumée importante, la poussière de la place en graviers aidant. Görner fut la principale victime de l’attaque de poussière et il ne put s’empêcher de se moquer du revêtement du sol et de la manière de conduire de Vettel. Mais Vettel contre-attaqua. En parfait habitant de Heppenheim, il dit « Horsch emol zu: Des is koan Schotterplatz, des is unsern Europaplatz. » (écoutez, ceci n’est pas une simple place en gravier, c’est notre place de l’Europe). Les fans hurlaient de joie. Cela a beaucoup plus au jeune homme de vingt-quatre ans.
Vettel était ému et nerveux au vu de l’enthousiasme suscité dans sa ville natale : « Je suis bouleversé et aussi très excité ». Cependant, cela s’estompa de minute en minute. De nombreuses plaisanteries et le contact avec les fans lui donnèrent confiance. Il a invité entre autre les Heppenheimers à mettre en place un écran géant sur la place de l’Europe pour l’Euro 2012 de football. En tant que véritable Hepprumer (habitant d’Heppenheim en dialecte), il ne pouvait manquer de faire référence, sur le ton de la plaisanterie, à Bensheim, la ville rivale voisine : „Woas die Bensemer kenne, kenne mer doch aa!“ (ce que les Bensheimers peuvent faire, nous le pouvons aussi).
Cela n’a pas duré longtemps avant que Vettel, les mains dans les poches de sa combinaison, ne réponde du tac au tac aux questions des présentateurs et ne revienne sur la saison passée. Vettel a désigné les victoires à Monaco et Monza (Italie) comme les meilleurs moments de sa saison. Il a regardé sur le grand écran, très concentré et avec une fierté visible,  les photos du « grand prix d’Asie », où il s’est assuré le titre grâce à une troisième place à Suzuka au Japon.
Les derniers mots de Sebastian Vettel après son accueil à la place de l’Europe ont été : « Je suis très heureux et je ne sais pas du tout si je peux encore participer aux dernières courses. Je vous promets de donner le meilleur de moi-même et qu’aujourd’hui n’était pas le dernier accueil à Heppenheim. Je vous remercie tous. Vous avez fait de cette journée quelque chose d’exceptionnel. »
Texte : Echo online